Binding of Isaac Afterbirth + #5 – Challenge Ultra Hard (1)

À la découverte de l’extension Afterbirth † du jeu vidéo The Binding of Isaac, sortie le 4 janvier 2017.

Dans cette cinquième partie, lançons-nous dans le challenge « Ultra Hard », qui s’annonce ultra-difficile, avec des ultra-défis, et des ultra-boss.

Suivez les directs sur Twitch : https://www.twitch.tv/nayverlight

Publicités

L’info-spectacle, ça claque

Me voici revenu d’une courte semaine hors du plat pays et plus précisément, aux Etats-Unis. Vous conter mes aventures à New York ne vous intéressera certainement pas. Je préfère ainsi me pencher sur les informations américaines, diffusées avant tout par les grandes chaînes nationales que sont ABC, CBS, NBC et Fox. On m’avait déjà indiqué le niveau de ces journaux télévisés et le spectacle qui y était montré mais je n’avais encore pu découvrir à quel point cette situation se vérifiait dès qu’on appuyait sur le bouton « On » de la télécommande.

Crédit: Vetwalking.wordpress.comTout d’abord, les informations sont primordiales aux chaînes télévisées. Ou du moins les journaux télévisés. Ou du moins les shows journalistiques. Enfin, bref, difficile de parler de journaux télévisés lorsqu’on allume le téléviseur le matin. Depuis 05h00, ils sont déjà en duo pour présenter les dernières nouvelles internationales (en trois minutes chrono toutes les demi-heures), les infos locales (chaque Etat a droit à son décrochage) et la messe du JT, la météo. C’est le grand dada des Américains. Ils veulent tout savoir des conditions climatiques au pas de leur porte, savoir si la neige va s’intensifier, comment va tourner le vent et surtout, quel école va fermer à cause des intempéries…

Mais à part la météo, difficile de réaliser quelles sont les véritables infos dans ces fameuses matinales. Certes, on a droit aux nouvelles internationales qui se résument à une couverture des guerres afghane, irakienne et israélo-palestinienne ainsi qu’à quelques news par-ci par-là dans le monde (dont la catastrophe ferroviaire de Hal, une brève de 15 secondes chrono). Et pour le journal local, à part quelques informations concernant des accidents dans la ville ou dans la région, il faut avant tout que le téléspectateur ait le sourire le matin. Pas question de l’ennuyer avec des nouvelles déprimantes ou macabres, il faut le réveiller dans la bonne humeur !

On n’hésite pas à offrir aux téléspectateurs ce qu’il veut entendre et non ce qui fait l’information. Voilà la grande différence entre la presse écrite et la télévision aux Etats-Unis (même si on ne m’enlèvera pas l’idée que le New York Times dominical à 5$ est trop cher et n’incite pas les gens à s’intéresser à la presse écrite). Pour assurer le show, il faut aussi un duo de journalistes (homme-femme toujours, sinon ça ne marche pas) qui sourit toutes les cinq secondes et qui sort un « That’s cute » ou un « That’s wonderful » pour ponctuer les sujets (cela fonctionne très bien en période de Saint-Valentin).

Bref, je ne me ferais pas aux informations américaines, pas plus qu’aux émissions qui pullulent sur ces chaînes (les originaux de « Ca va se savoir » sont aussi pitoyables que lors de la période AB-esque). Je me contenterais désormais des séries TV. Je suis au moins sûr qu’il s’agit de fiction.

Jouer ou jouer ?

Alors que je me délectais, comme chaque mercredi matin, de la chronique de Thomas Gunzig dans Le Soir, je suis également tombé sur une carte blanche de Frédéric Antoine de l’Université Catholique de Louvain. Il faut avouer que cela ne donne pas réellement envie au premier abord mais lorsque j’ai lu en diagonale le chapeau de son article, je me suis intéressé à ce long récit finalement très intéressant.

Touch My Car était lévènement de la rentrée sur Plug RTL.
Touch My Car était l'évènement de la rentrée sur Plug RTL.

Sujet de sa chronique : l’émission « Touch My Car » diffusée la semaine passé sur Plug RTL. Pour rappel, 15 candidats devaient toucher le plus longtemps une voiture et le dernier qui avait sa main posée sur le véhicule remportait celui-ci. Tout cela sans dormir évidemment. M. Antoine nous parle ici de la dérive que ce jeu a pu prendre. Car faut-il encore parler de jeu ? Certes, il y a un concours et un lot à gagner au final. Mais cela ressemblait plus à de la télé-réalité comme nous le démontre l’auteur de l’article.

Evidemment, comme beaucoup le savent, j’ai suivi cette émission. Non pas 24h/24 (car cette émission était également diffusée sur le net) mais de temps à autre. Et si j’étais effectivement avide de savoir quel allait être le prochain éliminé dans l’histoire, je n’en ai pas honte. Il s’agit d’un sentiment humain qui remonte à la nuit des temps. Un désir psychopathe ? Je ne pense pas avoir pris plaisir à regarder ces jeunes gens dépérir sur la carroserie de la voiture. Nous regardons le spectacle. Nous admirons. Nous ne sommes pas pour autent des hommes cruels dénués de sentiment.

Certes, cette émission n’était peut-être pas un simple jeu. Mais le monde évolue et il est bien utopique d’imaginer que ce genre de télé-réalité va disparaître du paysage audiovisuel.

Justine, pourquoi tout ce battage médiatique ?

Tout le monde le savait et personne ne pouvait en parler. « Incroyable !!! », « Vraiment ? »… Voici les différents textes qu’on pouvait découvrir dans la presse belge le week-end dernier. Sur fond bleu, ces caractères blancs rappellaient étrangement la police des publicités de RTL-TVi. Mais qu’est-ce que la chaîne privée belge allait encore nous offrir ? Un championnat de Belgique des mails après celui des SMS ? Le meilleur posteur sur Facebook ?

Un come-back calculé pour Justine Henin.
Un come-back calculé pour Justine Henin.

Il s’agissait tout simplement du retour de Justine Henin, pardi! L’ancienne n°1 belge recopie ainsi sa copine Kim Clijsters et revient à la compétition après plus d’un an et demi. Pourtant, contrairement à sa compatriote, Justine n’a pas fait dans la dentelle. Avant une conférence de presse visible en direct sur plusieurs sites Internet ce mercredi matin, la Rochefortoise a décidé de « payer » son retour sur RTL-TVi et à Ciné-Télé Revue (paru pour l’occasion un jour plus tôt).

Mais pourquoi toute cette campagne de publicité ? Il faut avouer que le fiasco était redouté, comme l’annonce le journal Le Soir. Tous les médias belges connaissaient la rumeur de ce retour et étaient prêts à le confirmer, tant les indices semblaient évidents. Même l’émission « Stade 2 » sur France 2 évoquait ce come-back sans grand point d’interrogation. Du coup, est-ce que ce mystère autour du journal de RTL-TVi où Justine a annoncé officiellement son retour était nécessaire ?

Selon les audiences, dès que le journal de la RTBF a débuté, les téléspectateurs ont décidé de se diriger vers la télévision publique, certainement lassés par les propos de la Rochefortoise. 567.000 téléspectateurs pour la RTBF contre 464.000 pour RTL à 19h30. Comme quoi, le flop annoncé s’est bel et bien produit…

Quand les « buzz » créent le « buzz »

Je suis sûr que vous avez déjà regardé une vidéo sur YouTube et que vous vous êtes dit, sur le coup : « Mais comment diable y ont-ils pensé ? ». Le moment, l’instant et hop, vous voici sur l’un des sites les regardés dans le monde. Plusieurs de ces vidéos, visionnées par des millions de personnes, créent parfois le buzz.

Un membre de YouTube a finalement décidé de rassembler toutes ces vidéos qui ont fait le buzz et de les compiler en une seule vidéo de moins de quatre minutes. 100 vidéos en une. C’est la promotion du jour.